mercredi 14 octobre 2009

On n'y voit rien...

Promenade matinale quelques heures avant le départ.
C'était la première fois que je voyais du brouillard (en vrai) à
Venise! Sensation étrange en marchant dans cet atmosphère
ouatée et mystérieuse. On n'y voyait rien! Plus de San Giorgio Maggiore,
plus de Lido, plus de Salute ni de palais ducal! Ce brouillard a ensuite
disparu pour laisser place à un ciel ensoleillé et à une journée qui s'annonçait
chaude et humide.






11 commentaires:

  1. Magnifique, magique !!!
    j'aime beaucoup Venise sous cet aspect, qui nous dévoile toute sa beauté ensuite, au fur et à mesure !

    RépondreSupprimer
  2. Surtout dans les mois entre Septembre et Décembre est possible qu'il y ait du brouillard dans la matinée à Venise. Il peut même se produire en été, si il fait trop chaud. Ainsi la ville se cache et est enveloppée de mystère.
    Ciao!

    RépondreSupprimer
  3. Une Venise que je ne connais pas,qui se fait attendre , ne veut pas tout nous dévoiler d'un coup,une Venise bleutée

    RépondreSupprimer
  4. La Venise des mélancoliques, ce brouillard qui dissimule puis découvre, enveloppe d'un doux voile les âmes perdues.

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve toujours le brouillard, peu importe où il se trouve, très impressionnant. Sa manière qu'il a parfois de surgir sans prévenir, puis de lentement se lever en laissant les rayons de soleil le traverser avant de laisser reparaître un beau ciel bleu...

    RépondreSupprimer
  6. C'est magnifique dis donc. Moi non plus je ne connais pas Venise sous le brouillard! Mais dis-moi il devait être bien tôt pour qu'il y ait si peu de monde dans les rues, surtout pour un mois de septembre...

    RépondreSupprimer
  7. Il était 7h30... C'était notre dernière journée, alors pas question de traîner... Je n'ai croisé que des joggeurs, des gens qui allaient travailler, des pêcheurs qui conversaient entre eux. Malheureusement, quand le brouillard s'est levé, les vaporetti ont commencé à "dégueuler" des HORDES de touristes: l'horreur! À cet égard, je préfère vraiment la Venise hivernale de décembre-janvier... On est plus tranquille.

    RépondreSupprimer
  8. J'aime bien ton expression "dégueuler des hordes de touristes" : c'est celle qu'emploie ma belle-mère tout l'été qu'elle passe à Venise. (Elle dit même pour Cécilia Bartoli que ça "dégueule" de notes...) Alors je ne peux pas m'empêcher de rire en lisant ceci!!!

    RépondreSupprimer
  9. Ah, par contre je n'emploierais pas ce terme pour parler de LA Bartoli! J'ai écouté son album en boucle sur MusicMe et j'ai donné comme mission à Sylvain d'aller me l'acheter demain. J'aime parliculièrement le seconde pièce de Caldara et le Giacomelli du CD bonus.

    RépondreSupprimer
  10. Oui! le Giacomelli est extraordinaire, je l'écoute en boucle. Et j'adore aussi le premier air de Porpora, Come nave in mezzo all'onde, ainsi que le 4e, Parto, ti lascio o cara... Mais j'aurais dû écrire tout ceci sur le précédent post consacré à cet album!

    RépondreSupprimer
  11. Je ne me lasse pas de ces photos brumeuses... Elles sont vraiment très belle...

    RépondreSupprimer