mardi 29 septembre 2009

Palazzetto Bru Zane



(images extraites de la vidéo du site)

Palazzetto Bru Zane sur France Musique

Du vendredi 2 au dimanche 4 octobre 2009, France Musique se rend à Venise pour proposer une série d'émissions en direct et en public du Palazzetto Bru Zane :

Vendredi 2 octobre
18h à 19h - Le Magazine en direct, avec Lionel Esparza :
Le Palazzetto.

19h à 20h « Open jazz » en direct, avec Alex Dutilh :
Les influences de Venise sur le jazz.

Samedi 3 octobre
14h à 16h « Plaisirs d’amour » en direct, avec Frédéric Lodéon :
14h00 - le chanteur vénitien Lorenzo Regazzo.
14h30 - diffusion, en direct, du concert de Bertrand Chamayou (Frédéric Chopin).

Dimanche 4 octobre
10h à 12h « La tribune des critiques de disques » en direct, avec François Hudry :
Hector Berlioz, Les Nuits d’été
avec Marie-Aude Roux et Benoît Dratwicki


Palazzetto Bru Zane
Centre de musique romantique française
San Polo 2368,
Campiello del Forner o del Marangon
30125 Venise
site web: http://www.bru-zane.com/

5 commentaires:

  1. J'avais entendu la publicité sur Radio Classique,mais écouté uniquement d'une oreille sachant que je ne pourrais pas y être ç cette époque

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce programme. Je n'ai pas l'habitude d'écouter la radio, mais je vais sans doute faire une exception. J'aime beaucoup l'ambiance de vos photos que la lumière d'hiver adoucit.
    Anne

    RépondreSupprimer
  3. Attention, Anne, j'aurais dû l'indiquer, mais les images sont extraites de la vidéo qui montre la restoration du palais (à l'adresse indiquée au bas du message). Je ne crois pas que cet endroit était accessible quand j'y suis passée.
    D'ailleurs, cette vidéo est intéressante, elle permet de voir l'intérieur du palais et est accompagnée de jolie musique.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir,
    J’étais jeudi soir au Palazzetto Bru Zane pour le concert du Trio AnPaPié. On ne saurait rêver plus bel écrin pour écouter Jadin, Haydn et Boëly, sans parler du bouleversant adagio – scherzo de la sérénade opus 8 de Beethoven, offert en bis.
    Idéal par ses dimensions, favorables à l’intime, au recueillement, à la rêverie, à l’appréhension directe de la musique sans le tumulte et l’ostentation des grandes salles (Quel bonheur d’être si près des musiciens ! Le partage, l’émotion, l’intériorité sont à leur comble.), autant que par la délicatesse de son décor, le raffinement des stucs, les facéties des putti, le goût infaillible de l’ensemble.
    Passé une semaine plus tôt, un matin, au Palazetto bruissant des derniers préparatifs précédant son ouverture, je me souviendrais également de l’accueil exquis de prévenance, de tact et de gentillesse que l’on m’y a réservé alors que les portes en étaient normalement closes …
    Bien cordialement,

    RépondreSupprimer