jeudi 6 août 2009

Senza titolo


Chacun a son image, son rêve, son idée... Venise engendre par nature une myriade d'images, réelles et reflétées, les plus disparates, de la transparence à la confusion, au renvoi, au rejet, à l'envoûtement. Elle multiplie les comparaisons avec les autres villes, différentes pour chacun de nous; elle crée continuellement les tensions les plus étranges, souvent opposées, impensables ailleurs.

Paolo Barbaro, Petit guide sentimental de Venise, p.151

5 commentaires:

  1. Cet écrivain est-il de la famille de Marinus Barbaro dont il est possible d'admirer la statue on ne peut plus charmante sur la façade de l'église Santa Maria del Giglio? En tout cas, ces phrases sur Venise sont très justes.
    Anne

    RépondreSupprimer
  2. En fait, Paolo Barbaro est un pseudo. Le vrai nom de l'auteur est Ennio Gallo. Il partage sa vie entre l'écriture et l'ingénérie hydraulique. Je ferai certainement un petit billet sur lui dans les semaines à venir. Un autre incontournable dans ma bibliothèque vénitienne.

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup la photo avec les reflets.
    Norma

    RépondreSupprimer
  4. Pour le petit déjeuner c'est la première bouchée de gourmandise, petit péché vite pardonné. Cela met du baume au cœur.
    Merci AnnaLivia!

    RépondreSupprimer
  5. Quelle belle photo de reflet ,je crois que Venise est l'endroit qui se prête le mieux aux photos de reflets avec bien sûr les Jardins de Monet

    RépondreSupprimer