samedi 21 mai 2011

Ca' Dario


Ca' Dario : La malédiction d'un palais vénitien

Si les murs de la Ca'Dario pouvaient parler, ils hurleraient.
Derrière les façades aux couleurs de friandises, la jeune Marietta Barbaro, emmurée, s'est consumée de chagrin, l'historien Rawdon Brown s'est donné la mort face à ses tableaux, Kit Lambert, le manager des Who, s'est perdu dans les fêtes et les drogues... la liste est longue, et sanglante, des propriétaires morts de façon tragique dans ce petit palais penché sur le Grand Canal. Elle faillit s'achever par Woody Allen, si celui-ci, prudent, n'avait au dernier moment renoncé à son achat.
Amoureux de Venise, Jean-Paul Bourre a exhumé les bibliothèques de la Sérénissime pour raconter, sous la forme d'une enquête, l'histoire fantastique de ce bâtiment maudit, construit au XVe siècle sur un ossuaire et dont la devise, gravée dans le marbre du frontispice, nous dit, en anagramme « Celui qui habitera ces lieux ira à sa ruine ».



Sommaire :

La liste sanglante
Des signes dans la pierre
Les fondations du palais Dario
Les liaisons dangereuses
Poignard & Poison
Le crépuscule de la Sérénissime
Les enchantements du palais Dario
1053 calle Gambara
Les tueurs de l'ombre
Une rock star au palais Dario
Nouveaux Templiers, Mafia et coups tordus
Il Moro di Venezia
Annexe - Rumeurs et légendes
Chronologie
Carte
Ouvrages cités

http://www.lesbelleslettres.com/livre/?GCOI=22510100534220&fa=description

6 commentaires:

  1. Quelle histoire que celle du Palais Dario, ou plutôt quelles histoires! Elles méritaient d'être racontées. Merci pour cette référence d'un livre à emporter dans la valise.
    Bon dimanche et bonne semaine prochaine!
    Anne

    RépondreSupprimer
  2. La liste semble longue, cela donne froid dans le dos ! Merci pour l'info sur le livre. Je ne sais pas toi, mais il ne m'attire pas, mais je trouve dommage qu'il ait cette réputation, ne crois-tu pas qu'à cause de ce qu'il y a de graver, justement on associe tout, jusqu'à parler de malédiction !
    Forcément personne n'en veut et il tombera bientôt en ruine !
    bon dimanche et bisous
    Danielle

    RépondreSupprimer
  3. L'auteur est du reste parti du fait que Woody Allen avait renoncé à acheter le palais.
    Le livre sorti la semaine passée était chez mon libraire vendredi il est dans ma valise!!
    Bon dimanche

    RépondreSupprimer
  4. Ah je l'ai vu arriver celui là, je ne me suis même penchée dessus... Il faudrait que j'y jette un oeil mais il faut aussi que je fasse attention à mes dépenses et comme les nouvelles vénitiennes vont très probablement rejoindre ma bibliothèque...

    RépondreSupprimer
  5. Avec de telles cheminées, c'est sûrement un palais diabolique ce Ca' Dario !...
    Merci pour les informations, mais comme je n'achète plus depuis longtemps que des romans en format poche, je vais devoir attendre un certain temps avant de pouvoir lire celui-ci qui me paraît sacrément intéressant (snif!).

    RépondreSupprimer
  6. Henri de Régnier dans son livre "L'Altana ou la vie vénitienne" parle de ses séjours à la Ca'Dario. Il s'y plaisait en compagnie de ses deux amies alors propriétaires. Il ne fait pas mention de cette diabolisation. D'où est donc venue cette réputation ? Dommage pour ce palais qui est vraiment original. Il y a certainement quelque chose à faire pour le sauver. Est-il à visiter ?
    Françoise

    RépondreSupprimer