jeudi 19 novembre 2009

Ernesta Stern (1854-1926)


Je ne m’étais jamais questionnée à propos de l’origine du nom du palazzetto Stern. C’est ainsi que j’ai été amenée à m’intéresser à Ernesta Stern. Plus j’avançais dans mes recherches plus j’étais intriguée par cette femme. J’ai appris qu’elle avait notamment écrit, sous le nom de plume Maria Star, quatorze comédies, six bozzetti teatrali, douze romans, huit journaux de voyage et trois livres d’aphorismes. Je serais curieuse d’en lire des extraits!


Ernerta Stern, née Hierschel de Minerbi, a vu le jour à Trieste en 1854. Elle a grandi dans une famille de mécènes impliquée dans le domaine des arts et des finances. Quelques mots sur sa famille. Son arrière-grand-père, Moïse Hierschel a fait construire le palais Hierschel (9 Corso Italia, à Trieste) encore visible de nos jours. Il a acheté en 1835 le Teatro Grande (ou Nuovo et actuel Teatro Verdi). Sa mère, Clementina, riche héritière de Caliman de Minerbi, a reçu une éducation musicale notamment en chant. Cette dernière épouse Leone Hierschel (fils de Moïse) en 1833. Un mariage fastueux. Ils reçurent notamment en cadeau un palais sur le Grand Canal à Venise et les bâtiments de la douane (bureaux et appartements). Clementina tenait un salon très couru où elle recevait peintres, écrivains, musiciens (notamment Verdi, qui lui dédiera un opéra). Ernesta sera le dernier enfant de ce mariage. Son neveu, Lionello Hierschel de Minerbi a acheté, en 1906, la Ca’Rezzonico, alors propriété de Robert Barrett Browning. Il habitera ce palais et le remplira d’œuvres d’art jusqu’en 1935, moment où, suite à des sérieuses difficultés financières, il le cèdera à la commune de Venise.

Vie parisienne
Ernesta Hierschel de Minerbi épouse Louis Antoine Stern (1840-1900), banquier parisien, le 5 mai 1874. De ce mariage naîtront quatre enfants. Le couple possède deux résidences, une au 68 rue du Faubourg Saint-Honoré (malheureusement démolie vers 1920) et une superbe villa, Torre-Clementina à Rocquebrune-Cap-Martin, aujourd’hui classée monument historique.
C’est dans la résidence parisienne qu’Ernesta tenait, comme sa mère, son salon. Un salon très admiré et encensé par les plus célèbres critiques mondains de l’époque. C’était notamment au salon d’Ernesta Stern que Proust et Reynaldo Hahn se donnaient rendez-vous. C’est d’ailleurs grâce à ce dernier qu’en 1894 Ernesta rencontre Proust. C’est grâce à elle que Proust aura l’occasion de rencontrer pour la première fois Gabriel Fauré. Elle sera présente aux funérailles de la mère de Proust.
Elle a financé la publication de la Revue Anthologie de France et d’Italie publiée à Milan, lieu d’échanges culturels entre les deux pays. Elle a aussi été une des fondatrices de la Société des grandes auditions musicales de France en 1890.
Le couple possédait une collection d’œuvres d’art qui contenait notamment une fresque de Giotto, des Rubens et un Luca della Robbia entre autres. La collection fut dispersée après sa mort.
Petite anecdote: Robert de Montesquiou aurait quelque peu ironisé à propos d’un des romans d’Ernesta, Chaînes de fleurs, et plus généralement sur la valeur littéraire de son œuvre. Jean, le fils d’Ernesta, décida de provoquer l’homme de lettres en duel. L’affrontement se conclut par une victoire écrasante de Jean qui était un excellent escrimeur. Le récit de ce duel se trouve entre autres dans le Figaro du 19 janvier 1904 ainsi que dans les mémoires de Montesquiou.
Il y aurait encore tant à dire sur cette femme fascinante mais je vais m’arrêter ici pour le moment.

Liens et références:
www.apophtegme.com/ROULE/stern.pdf
Pour plus d’information sur les familles Hierschel et de Minerbi voir ce site: http://deudon.charles.free.fr/salons.htm
Rivista della facoltà di lingue e letteratura straniere dell’université Ca’Foscari, XLVI, 2, 2007 : « Le stagioni di Ernesta e del Palazzetto Stern » de Maria Teresa Biason et Ivana Paoluzzi, p.77-108. Il est consultable en ligne.

8 commentaires:

  1. Merci Livia !
    Proust, l'enterrement de sa mère, le duel de Montesquiou et le fils d'Ernesta, Verdi, le Grand Canal, la Ca' Rezzonico...
    De quoi voir autrement ce palazzo, aujourd'hui hôtel assez insipide...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour ce portrait d'une femme exceptionnelle. On a envie d'en savoir plus. J'espère que d'autres articles suivront celui-ci. Merci pour toutes ces recherches que vous faites pour vos lecteurs.
    Anne

    RépondreSupprimer
  3. Je vais tenter d'en savoir plus sur ses écrits. Elle a notamment consacré deux ouvrages à Venise et ses carnets de voyages sont illustrés par son ami et compagnon de voyage Raffaele Mainella. Je vous tiendrai au courant si je trouve des choses intéressantes.
    à bientôt,
    AnnaLivia

    RépondreSupprimer
  4. Quel personnage que cette femme et quelle vie passionnante. On a vraiment le goût de pousser plus loin les recherches pour en savoir davantage. Merci.
    Do

    RépondreSupprimer
  5. Je suis de retour, et j'ai de la lecture en retard...mais j'ai voulu faire un "stop" sur ce sujet qui est très intéressant. Le pastel d'Ernesta est magnifique, et en plus elle était belle !!!
    a presto
    Danielle

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Annalivia,

    Merci beaucop pour ce portrait d'Ernesta Stern que je viens de trouver en googlant son nom. Il y a de drôles de coincidences. J'ai habité Roquebrune Cap Martin. J'ai toujours été fascinée par Torre Clementina et j'ai passé beaucoup de temps à me promener dans ce quartier. Récemment j'ai relu l'histoire de la maison dans le superbe livre de Louisa Jones: Splendeur des jardins de la Côte d'Azur. Et qu'est ce que je découvre à l'instant? Que l'hôtel Palazzo Stern où j'ai séjourné il y a 3 mois à venise et qui me rapellait tellement Torre Clementina appartenait à la famille...C'est incroyable.
    Ce blog est super et j'y reviendrai régulièrement.
    Andrea

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour et bienvenue Andrea,
    j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir ce personnage et à la faire connaître. Merci pour votre message!
    Au plaisir de vous lire,
    à bientôt,
    AnnaLivia

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour ton article que je relis et qui me rend d'infinis services. Je suis précisément en train de cataloguer une lettre d'Ernesta Stern adressée à Massenet et envoyée depuis sa villa Torre Clementina. C'est drôle de croiser ses amis de blog pendant ses tâches professionnelles! A bientôt AnnaLivia!

    RépondreSupprimer