mercredi 19 août 2020

Numéro de GÉO sur Venise


 

En complément à la lecture du dossier de la revue vous pouvez écouter un podcast 

Podcast : "Venise, plus qu'un reportage, un bout de ma vie..." Notre journaliste raconte

Par Léia Santacroce, Emeline Férard - Publié le 18/08/2020 à 12h48

Petit à petit, Venise rouvre ses portes. Notre journaliste Sébastien Desurmont, amoureux transi de la Sérénissime, signe le grand dossier que GEO consacre ce mois-ci à la cité des Doges. Découvrez les coulisses de son reportage dans notre podcast Retour de terrain. 

Retour de terrain, c’est le podcast du magazine GEO qui vous dévoile les coulisses de nos reportages. Chaque mois, nos journalistes et nos photographes posent leurs valises et vous emmènent en voyage. Ils vous racontent leurs aventures, leurs découvertes et les rencontres qui les ont marqués.

 

Un autre article de Sébastien Desurmont sur les chats de Venise:

https://www.geo.fr/voyage/venise-a-la-recherche-du-chat-perdu-161308





samedi 9 mai 2020

Lettres de Venise


Depuis le début du confinement, on a vu paraître dans le magazine québécois l'Actualité une série de billets d'Arièle Butaux sur la vie vénitienne. Comme j'ai beaucoup de plaisir à les lire, je vous fais part du lien pour que vous puissiez en profiter aussi.
Je vous souhaite un bon weekend!

jeudi 30 avril 2020

Autour de Santa Lucia


Première gare Santa Lucia (1935)

Le point de départ de ce billet a été la découverte d’une photographie ancienne représentant un bâtiment qui m’était totalement inconnu. Après quelques recherches, j’ai appris qu’il s’agissait de l’ancienne gare Santa Lucia. Je me suis aperçue que je ne savais à peu près rien du développement urbanistique de ce coin de Venise. J’ai donc décidé de fouiller la question. Un retour dans le temps était nécessaire.
On a tendance à l’oublier, mais Venise n’a pas toujours été reliée à la terre ferme. Avant 1846, il n’y avait pas de pont entre le continent et Venise, les voyageurs n’arrivaient pas en train ou en voiture, ils arrivaient en bateau, plus précisément en burchiello. On trouve d’ailleurs nombre de témoignages et descriptions dans la littérature.
« Le Burchiello était jadis le seul moyen de transport, celui de Montaigne, du Président De Brosses, de Goethe et de Casanova dont les Mémoires s’ouvrent par une si jolie description de ce coche d’eau dont le musée Correr possède une maquette d’époque; embarcation à panneaux peints, avec des miroirs et des bougies murales […] » (p.106 Venises de Paul Morand)  
« Après avoir quitté Padoue, on suit le cours de la Brenta sur une route plate, poussiéreuse et ingrate. On éprouve une intense impression d’attente, jusqu’à ce que l’on parvienne à Fusina. On y prend le bateau, qui traverse les lagunes, entre des rives couvertes de hautes herbes et de roseaux et, à intervalles, des postes de sentinelles. Soudain, Venise se lève au-dessus de la mer. Pendant une heure et demie que dure la traversée qui, dans la terre ferme, vous mène à l’épouse de l’Adriatique, ce ne sont que cloches, tours, églises, quais que l’on découvre avec un sentiment mêlé de crainte et d’incrédulité. » (William Hazlitt, 1830)

À cette époque, ce n’est qu’au terme d’une longue et lente traversée sur la lagune que le voyageur d’avant 1846 découvre la cité des Doges.


Ce qui va déclencher les changements qui vont s’opérer à Venise au milieu du 19e siècle et à jamais en changer sa constitution est la construction du pont ferroviaire qui débuta en 1841 et qui sera inauguré en 1846. Ce pont qui traverse la lagune comporte 222 arches subdivisées en six sections et est d’une longueur d’environ 3.5km. À ce moment, la « gare » n’est qu’un bâtiment utilitaire situé en périphérie. La première vraie gare fut construite entre 1861-1865. Sa construction entraina la destruction de plusieurs édifices importants parmi lesquels : l’église et le monastère Santa Lucia, la scuola dei Nobili, le couvent Corpus Domini et plusieurs palais (Barzizza-Calbo Crotta, Bragadin Vescovi, Lion Cavazza, Priuli dalla Nave). Cette gare se situe au bord du Grand Canal, les escaliers donne directement sur le quai.

Francesco Guardi

Bernardo Bellotto

Canaletto (1730-40)

Francesco Guardi
 
 Portion du Grand Canal avant la construction de la gare


Église Santa Lucia qui fut détruite en 1860  

Plaque rappelant l'église détruite pour faire place à la gare


À partir de 1931 s’amorce la construction d’un second pont, cette fois destiné à la circulation automobile, entre la terre ferme et Venise.  Il sera inauguré en 1933 sous le nom de Ponte Littorio pour ensuite être rebaptisé Ponte della Libertà après la Seconde Guerre mondiale. En 1934, la ville lance un appel de projets afin de remplacer la gare par une nouvelle. Il se passera 20 ans avant que le projet ne voit le jour en 1954-55.

Pont ferroviaire et Ponte della Libertà

La nouvelle gare, de style rationaliste, se trouve en retrait de 20 mètres par rapport à la précédente et laisse place à une grande esplanade devant le parvis. 
La voilà telle qu'on la connait aujourd'hui.




Chronologie
1841-46 : construction du pont ferroviaire reliant Venise à la terre ferme
1860 : démolition de plusieurs églises, couvent et palais pour faire place à la gare
1861-65 : construction de la première gare
1931-34 : construction du pont de l’autoroute et Piazzale Roma
1934 : concours pour la création d’une nouvelle gare remporté par Angiolo Mazzoni et Virgilio Vallot mais le projet mettra une vingtaine d’années avant d’être complété par Paolo Perilli.
1954 : inauguration de la nouvelle gare
2009-2012 : travaux de rénovation

mardi 28 avril 2020

Carnet de Venise



J'ai fait cette découverte ce matin en parcourant You Tube... Impossible de résister à un titre pareil, ma curiosité était piquée!
Carnet de Venise est une œuvre du compositeur Pierre Henry (1927-2017). Je dois dire que je ne suis pas vraiment amatrice de musique contemporaine mais lorsque Venise est dans la formule je suis prête à tout. Dans ce cas, l'expérience est intéressante. J'aime Monteverdi, j'aime les sons de Venise et c'est précisément ce qu'on trouve dans cet enregistrement.

Cette œuvre a été écrite en 2002 et jouée une seule fois en janvier 2003 dans le cadre des Folles Journées de Nantes dédiées à la musique baroque italienne. Ce n'est qu'en novembre 2019, à la Cité de la Musique à Paris, que cette oeuvre fut de nouveau présentée au public. Un enregistrement a été fait et il vient de paraître chez Harmonia Mundi en avril 2020.

Personnellement, je suis sous le charme. Je ferme les yeux et je suis immédiatement transportée à Venise, je la sens, je la vois. Voyage immobile rempli d'émotions et de souvenirs.

Voici quelques liens pour écouter et en apprendre davantage sur cette œuvre:

Pour écouter intégralement sur You Tube




Critique du concert:

Informations sur le programme:

Programme en Pdf:
https://philharmoniedeparis.fr/sites/default/files/NPSC-20-11-20h30-Henry-B%C3%A9jart-Robbe.pdf

Site Harmonia Mundi

"Ce Carnet de Venise restitue à sa manière le paysage sonore caractéristique de la cité des Doges, mêlé aux inflexions choisies des madrigaux de Monteverdi. Jeux d’eaux, voix d’enfants, sons de cloches, frottement des câbles d’amarrage… de Torcello au Ghetto, en passant par San Marco ou la Giudecca, ces sons collectés, montés et transformés dévoilent la pensée puissante et poétique d’un des maîtres historiques de la musique concrète. Pouvait-on mieux accompagner la reconstitution du studio de Pierre Henry au Musée de la musique que par cette première mondiale d’une œuvre restée inédite au disque pendant 17 ans ?" (extrait du site Harmonia Mundi)

lundi 27 avril 2020

Connaissez-vous cet endroit?

Ayant beaucoup de temps libre ces temps-ci, je profite de cette période de confinement pour me replonger dans mes carnets vénitiens. Covid-19 oblige, je suis confinée chez moi. Je devais partir pour Venise samedi prochain mais le voyage est annulé et reporté à une date inconnue pour le moment. Je suis très déçue mais la situation nous dépasse tous. Je suis néanmoins soulagée de voir que la situation à Venise semble s'améliorer.

Voici l'objet de l'énigme avancée dans l'intitulé de ce petit billet:



Un billet plus détaillé suivra d'ici quelques jours.
Je vous dis à bientôt!

mardi 18 février 2020

Venise: petit atlas hédoniste



Je l'attendais avec impatience! Il y a toujours un délai entre la parution en France et l'arrivée dans les librairies québécoises. Ce très beau livre a été écrit par Lucie Tournebize, une journaliste et blogueuse (Occhiodilucie) d'origine française mais qui vit en Italie depuis plusieurs années.




https://www.editionsduchene.fr/chene/venise-9782812319884

lundi 3 février 2020

Reportage Arte sur Venise


Un beau reportage sur Venise

"Venise continue de subir les conséquences d’une crue sans précédent. Les dégâts causés aux hôtels, commerces, palais et églises se chiffrent en millions. Les Vénitiens nettoient et restaurent, jusqu’à la prochaine aqua alta, faute d’un système opérant de protection contre les inondations. Or, avec le changement climatique, les prévisions sont pessimistes. Venise est-elle condamnée à disparaître ?"

voici le lien pour regarder la vidéo:

https://www.arte.tv/fr/videos/090637-011-A/arte-regards-peut-on-encore-sauver-venise/




mercredi 22 janvier 2020

Retour à Venise en mai!


Je suis curieuse de la retrouver après cinq ans d’absence.
Il y aura certainement des nouveautés à découvrir. 
Le décompte est maintenant commencé!




jeudi 10 octobre 2019

Carnets écossais... (9)



À la découverte de Glasgow
Direction West Side








Exploration du West End où nous découvrons un autre visage de Glasgow. De beaux quartiers qui ne sont pas sans rappeler Édimbourg (Stockbridge et Dean Village et le Water of Leith walkway). De la verdure, des parcs, la rivière Kelvin qui serpente, des superbes églises, une foule de petits bistrots, bars, cafés et restos. C'est entre autres le quartier étudiant car on y trouve la magnifique Glasgow University. Juste à côté, il y a le Kelvingrove Park et son immense musée et un peu plus loin, le jardin botanique. Le charme de Glasgow commençait à opérer...



Free Presbyterian Church of Scotland Bookroom,
Woodlands Rd

 Lynedoch Crescent Lane






Hollyrood  Cr
 


 Cette église cache un bar et théâtre: the Websters Theatre


 Great Western Rd (A 82),
Kelvinbridge



 Kelvinbridge







Kelvin River


 Glasgow Botanical Gardens










 Université de Glasgow



 Kelvingrove Art Gallery and Museum


Déco Charles Rennie Mackintosh (1868-1928) un style typique à Glasgow