lundi 26 septembre 2011

Frontières


Fondamenta de le Sacchere, rio de le Muneghete, à la frontière entre San Polo et Santa Croce.


Rio del Gaffaro, frontière entre Santa Croce et Dorsoduro.


Rio dei Mendicanti, sépare Cannaregio de Castello.

11 commentaires:

  1. Magnifiques photos ... la sepia me plaît particulièrement. A trop regarder les détails, on oublie parfois la majesté de la ville que l'on découvre à l'oeil nu, avec un peu de recul.

    RépondreSupprimer
  2. Magnifiques clichés ! J'ai beaucoup aimé la série sur les fenêtres ! Ouvrir et lever les yeux pour voir la poésie autour... tu le fais mieux que personne !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. Bellissime, sempre insolite, sempre piene di dettagli...le tue foto parlano di una città che vive e ...per fortuna non è ancora morta! Ciao, Tiziana

    RépondreSupprimer
  4. Gine: Je tâcherai de garder cela en tête quand j'y serai. Encore une petite quinzaine avant le départ...
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  5. Pétales de fées: Je suis heureuse de te retrouver! J'ai bien l'intention d'ajouter de nouvelles fenêtres à ma collection. J'ose espérer qu'elles seront encore fleuries!
    Bonne soirée,
    à bientôt

    RépondreSupprimer
  6. Ciao Tiziana, grazie!
    Buona settimana,
    a presto!

    RépondreSupprimer
  7. J'aime beaucoup la première photo, je la trouve insolite avec sa ribambelle de chapeaux de cheminées sur le pignon.

    RépondreSupprimer
  8. Ciao Anna-Livia, per fortuna che per passare queste frontiere non c'è bidogno di passaporto. Buona idea di fotografare questi canali separatori di sestieri. Mi chiedo se ai piedi del ponte del Gafaro esista ancora il caffé Poggi con annessa torrefazione. Un caffé ristretto squisito. Buonanotte.

    RépondreSupprimer
  9. Elio: J'irai voir si le café Poggi existe encore quand je serai à Venise et je boirai un caffé ristretto à ta santé : )
    Buona notte,
    a presto!

    RépondreSupprimer
  10. Enlevez les antennes télé, les câbles qui pendouillent, les bateaux en plastique et vous pourrez voir apparaître au détour du petit pont le poète Henri de Régnier, avec sa moustache et son monocle... Cette photo sépia, c'est plus qu'une frontière, c'est du rêve, n'est-ce pas ?

    RépondreSupprimer
  11. Moi aussi j'adore la première photo. Un grand bravo!

    RépondreSupprimer