lundi 28 mai 2012

Ronde des mages à la Sensa


J'avais eu l'occasion de voir ce défilé en janvier 2009 le jour de l'Épiphanie.
J'avais alors fait une série de photos. Cette fois, j'ai choisi de filmer la ronde des mages.
Il faut savoir que les mages ne sortent que deux jours par an: à l'Épiphanie et pour
la Sensa. Désolée, ça bouge un peu car je n'avais pas de trépied...





8 commentaires:

  1. Merci mille fois, AnnaLivia, de partager cet événement aussi charmant que rare. J'ai eu infiniment de plaisir à voir les rois mages précédés du musicien se déplacer et s'incliner devant la Vierge à l'Enfant. Merci encore! Je vous souhaite une belle semaine.
    Anne

    RépondreSupprimer
  2. Anne: Je suis contente d'avoir pu partager ce moment avec vous : )
    Je vous souhaite également une belle semaine, à bientôt!

    RépondreSupprimer
  3. Emouvant ... par sa rareté, bien sûr, mais aussi pour le côté désuet ... Merci, oui, mille fois, de nous l'avoir montré !

    RépondreSupprimer
  4. Oh ! J'adore quand la porte de gauche s'ouvre ... puis celle de droite : on se surprend à attendre comme des enfants, la venue des personnages ! Merci AnnaLivia pour ce petit film si charmant !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  5. Bravo AnnaLivia, merci d'avoir préservé pour nous le petit suspense avant l'ouverture et la sortie des rois mages... Rudement sympa.

    Bises du soir

    RépondreSupprimer
  6. You brought tears to my eyes, seeing this again, and hearing the wonderful bells. Thank you!

    RépondreSupprimer
  7. En plein écran c'est magnifique ! pas tremblé du tout. À peine un minuscule tangage que l'on oublie complétement, car il renforce le côté vécu en direct.
    Ces personnages sont vénérables, on comprend qu'ils sortent peu !
    Merci pour le partage, le son des cloches de Venise ajoute au plaisir du spectacle rarissime.

    RépondreSupprimer
  8. Un enchantement !
    Merci mille fois Anna Livia, je ne les avais jamais vus. Cette Tore Dell Orologio est un incroyable chef d'oeuvre. Le tout léger tangage ne gène absoulument pas et s'oublie très vite devant le bonheur de contempler ces automates défiler au son de la gaité des cloches.
    Merci, grâce à toi, j'étais un peu à Venise...

    Bisous

    RépondreSupprimer