jeudi 15 mars 2012

Carnet de voyage (1)

Carnet de voyage (Octobre 2011)
Promenade dans Cannaregio

Squero dei Muti

J’étais arrivée à Venise en début d’après-midi. Après avoir découvert le magnifique appartement où je logeais, vite les courses avant de commencer à arpenter les calli. C’était le 15 octobre, il faisait un temps superbe. J’ai fait comme le chat qui explore à fond ses nouveaux quartiers.


Parmi les points de repère, le petit squero dei Muti avec ses sympathiques habitants que vous rencontrerez plus tard, la Madonna dell’Orto, le rio de la Misericordia, le campo dei Mori avec ses statues étranges. « Trois statues du XIIIe siècle, situées contre les façades des maisons du campo représenteraient les trois frères « maures », Rioba, Sandi et Afani (une quatrième se trouve , un peu plus loin, sur la fondamenta). Ces marchands, ayant fui la Morée (Péloponnèse) à cause des guerres civiles, étaient arrivés à Venise en 1112, où on leur avait donné le nom de Mastelli, car, selon les chroniques, « ils possédaient des milliers de baquets (mastelli) remplis de sequins d’or ». L’homme au turban, en costume oriental, qui mène un chameau, sur le bas-relief de la façade du palais Mastelli (du côté du rio della Misericordia), ferait référence à l’activité commerciale de la famille (le négoce des épices). » p.146 Guide Gallimard


Sior Antonio Rioba

Sior Antonio Rioba : Affublé au siècle dernier d’un nez de fer, cette statue portant un fardeau sur l’épaule se dresse au pied du pont. Les Vénitiens en firent un célèbre personnage, sior Antonio Rioba, qui leur servait de porte-parole lorsqu’ils avaient à critiquer la politique de la République. p.146 ibid. Lors de mon séjour en mai 2010, la tête de ce pauvre Rioba avait mystérieusement disparue! Elle avait heureusement été retrouvée quelques semaines plus tard et a depuis été réinstallée à sa place.



Quel bonheur de retrouver les reflets aux couleurs chatoyantes des canaux!




Home sweet home, là tout en-haut

En passant devant la scuola nuova della Misericordia je trouve la porte ouverte, c’était le dernier jour de l’exposition de la Piéta de Jan Fabre. J’en ai donc profité pour faire le tour de cette expo.







En ressortant, l’après-midi tirait déjà à sa fin, j’ai remonté vers les fondamente Nove, petit coup d’œil à la façade des Gesuiti, campo dei Gesuiti, fondamenta Santa Caterina, Misericordia et j’ai retrouvé mon quartier et la vue magnifique de mon 4e étage.






À suivre, une longue promenade toujours dans le Cannaregio, du moins pour la matinée…

5 commentaires:

  1. Absolument magnifique, Venise sera une prochaine destination.:)

    RépondreSupprimer
  2. Ces premiers moments quand on la retrouve après une certaine absence, sont vraiment fabuleux. Tu exprimes parfaitement ce que nous ressentons à chaque fois et quand on est loin d'elle combien elle nous manque !!!
    Tu avais ce jour-là une lumière magnifique.
    Bisous
    Danielle

    RépondreSupprimer
  3. Quel plaisir j'ai pris à vous suivre ... La vue depuis votre logement est absolument incroyable ! Ce serait sympa de nous donner l'adresse pour un prochain voyage ! Merci pour la balade !

    RépondreSupprimer
  4. Nadezda: Merci et bienvenue dans mes carnets : ) J'espère que vous aurez le bonheur de voyager bientôt à Venise. À bientôt

    Danielle: Oui, ça avait été une journée parfaite : ) J'ai hâte de retrouver ce sentiment de bonheur que nous connaissons bien.
    Bonne soirée, bises

    Gine: Je viens de vous envoyer un message sur gmail, en espérant qu'il ne finira pas dans le spam...
    Les gens qui sont intéressés à avoir plus d'info peuvent m'écrire à l'adresse indiqué sur ma page d'accueil. Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  5. Ces lumières roses du couchant baignent Venise de pastels extraordinaires !

    RépondreSupprimer