mardi 13 décembre 2016

Barbara Strozzi à Venise en 1656

Cette semaine, dans le cadre de l'émission Musicopolis sur France Musique, Barbara Strozzi à Venise en 1656.
A la rencontre de Barbara Strozzi, l'une des compositrices les plus célèbres de son époque et au destin si singulier dans la Venise du XVIIe siècle…


 

1 commentaire:

  1. Etre envoutée par Venise, c'est une chose. Et puis découvrir le monde des Vénétophiles, c'en est une autre. Un discours amoureux partagé. Mais aussi une petite jalousie. Comme lorsqu'on parle d'un défunt à son enterrement. -'Et il m'a dit cela', - 'ah! intéressant'(pourquoi il lui a dit ca à lui et pas à moi?). - 'Et je l'ai vu le jour même de sa mort' (j'ai donc reçu ses dernières paroles, les plus vraies, les plus définitives)- 'ah' (et moi je suis un peu orpheline de ce trésor). Bref, dans l'amour de Venise, il y a quque chose d'irrémédiablement volatile, dont on veut capter les derniers soufles, que l'on veut montrer 'à ceux qui comprennent', mais dont on est également profondément possessif. Dans la 'Vénétophilie', il y a quelque chose de solitaire (je suis la seule à VRAIMENT connaître, les 'touristes' contre 'les amoureux de la ville') et, au contraire, quelque chose de participatif (comme le désir de lire ce carnet magnifique).

    RépondreSupprimer