jeudi 29 mai 2014

Musique

Quelques podcasts à signaler...

Sur France Musique
Horizons chimériques

Benedetto Marcello
Il est totalement oublié ce « noble vénitien amateur de contrepoint… » C’est ainsi que Benedetto Marcello se dépeignait lui-même. Assez riche pour ne pas dépendre de commandes, il était assez libre pour composer selon ses désirs, lorsque ses fonctions patriciennes le lui permettaient.



Ce « Michel Ange de la musique », à l’écoute des traditions spirituelles hébraïques, cet aristocrate musicien « dilettante » était aussi un pamphlétaire dénonçant les mœurs théâtrales et les chanteurs de son temps. Marié à une chanteuse, ce non conformiste, composa neuf messes, des oratorios et… 380 cantates !

Programmation musicale :

Benedetto Marcello :
Sonate n°3 en sol mineur (Final)
René Clemencic, flûte – Christiane Jaccottet, clavecin, enregistré en 1976 – Harmonia Mundi 190974

Benedetto Marcello :
Sonate n°1 en fa majeur (Largo – Allegro)
René Clemencic, flûte – Walter Stiftner, basson – Peter Widensky, orgue positif , clavecin, enregistré en 1976 – Harmonia Mundi 190974

Benedetto Marcello :
Ariane (« Come mai puoi vedermi piangere ? » – 1727)
Patricia Petibon, soprano – Orchestre Baroque de Venise – Andrea Marcon, direction, enregistré en 2009 – DG 477 8763

Alessandro Marcello :
Concerto pour hautbois en ré mineur (Adagio)
Riccardo Minasi, violon – Luca Pianca, luth – Ensemble New seasons – Albrecht Meyer, hautbois et direction, enregistré en 2008 – Decca 478 0313

Benedetto Marcello :
Estro poetico-armonico (Psaume 17 « Io sempre t’amero » – 1724)
Capella Savaria – Pal Nemeth, direction, enregistré en 1992 – Quintana

Benedetto Marcello :
Chaconne
XVIII-21 Musique des Lumières – Jean-Christophe Frisch, direction, enregistré en 1999 – K 617 17099

Benedetto Marcello :
Estro poetico-armonico (Psaume 40 « O beato chi pietoso » – 1724)
Cantus Cölln – Konrad Junghänel, direction, enregistré en 1999 – Harmonia Mundi 901696

Benedetto Marcello :
Cantate « Quando penso agl’affani » (1725 ?)
Andreas Scholl, contreténor – Academia Bizantina – Ottavio Dantone, direction, enregistré en 2003 – Decca

Benedetto Marcello :
Cantate « Tirsi et Fileno » (1725 ?)
Philippe Jaroussky et Max Emmanuel Cencic – Les Arts Florissants – William Christie, orgue positif et direction, enregistré en 2011 – Virgin 5099907094323

Toujours sur France Musique,
La tribune des critiques de disques

Les Vêpres de la Vierge de Claudio Monteverdi


Bienvenue dans votre tribune dominicale où, puisque nous sommes juste à l’heure de la fin des vêpres, nous nous intéressons aujourd’hui à celles de la Vierge de Claudio Monteverdi...

...en compagnie de nos 3 pèlerins de service, Piotr Kaminski, Jean-Charles Hoffélé et Christian Merlin étant parti tenter une traversée de la Baltique en pédalo, il sera remplacé par son joker, Gaëtan Naulleau, chef de la rubrique disque de notre partenaire Diapason.

En 1608 à 41 ans Monterverdi s’effondre littéralement, malgré le succès l’année précédente de son Orfeo à Mantoue où il officie depuis près de 20 ans. Coup sur coup il perd son épouse bien aimée, la chanteuse Claudia Cattaneo, la dernière fille morte en bas âge, et sa pupille, Catarina Martinelli, emportée par la variole alors qu’elle s’apprêtait à créer son Arianna. Gravement malade, criblé de dettes, le compositeur se réfugie chez son père médecin à Crémone d’où il sollicite par deux fois sans succès un congé auprès de Vincenzo Gonzague, lequel, inflexible, lui ordonne de revenir à la cour. Monteverdi s’exécute mais dès lors il se cherche un autre emploi.
En 1610 il passe quelques jours à Rome dans l’espoir d’un poste, s’appuyant sur la parution à Venise de ses Vêpres à la Vierge dédiées au papa Paul V, une Sérénissime où il deviendra 3 ans plus tard, maître de chapelle à San Marco, une basilique pour les fêtes de laquelle il écrira d’autre Vêpres.
De la création de celles à la Vierge on ne sait rien ou presque, la bibliothèque des Gonzague ayant été incendiée au milieu du XVIIe siècle par les lansquenets habsbourgeois, mais d’aucuns penchent, comme Jordi Savall, pour une première exécution le 25 mars 1610 à la basilique Sainte Barbe de Mantoue.



3 commentaires:

  1. Ma culture musicale vient de faire un bon en avant avec ce musicien. Un seul regret :Ne pas pouvoir en écouter un petit air...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais vous pouvez en cliquant sur Horizons chimériques, l'émission est "écoutable" jusqu'en 2017 : )
      On peut aussi en entendre sur YouTube.
      Bonne écoute!

      Supprimer
  2. Leonardo Garcia Alarcon est remarquable dans tous ses enregistrements; son épouse Marianna Flores a une voix remarquable et beaucoup de charisme J'avais fait leur rencontre au Palazzo Pisani Moretta lors d'un concert mémorable pour les émotions ressenties.
    Douceur
    Mamina de sclos

    RépondreSupprimer