jeudi 26 janvier 2012

Hercule


Connaissez-vous son histoire?
"Sur la façade de la maison où le Tintoret passa les vingt dernières années de sa vie (il mourut en 1594), on distingue un haut-relief d'origine probablement romaine où Hercule est représenté nu avec sa massue à la main. Il est curieux que l'on ait choisi précisément ce personnage mythologique pour décorer la maison de l'artiste: symbole de la force virile, peut-être évoque-t-il l'origine du sobriquet de la famille (Robusti), mais une légende en fournit une autre raison.

Jadis, l'usage voulait que les enfants reçoivent chaque matin l'hostie pendant dix jours après leur première communion. Un jour où Marietta – la fille aînée de Tintoret – se rendit à la messe à l'église de la Madonna dell'Orto, une vieille dame l'aborda et la convainquit de récupérer toutes les hosties de la communion: en échange, elle lui promettait d'être pareille à la Sainte Vierge. La petite fille accepta: tous les matins, elle reçut l'hostie sur la langue, mais au lieu de l'avaler, elle la faisait glisser furtivement dans sa chemisette et, une fois chez elle, la cachait dans une boîte au fond du jardin, près de l'abreuvoir des animaux. Au bout de quelques jours, les bêtes commencèrent à se comporter bizarrement: elles s'agenouillèrent devant l'abreuvoir et personne ne parvenaient plus à les relever.
Marietta, effrayée par le curieux phénomène, avoua tout à son père. Le peintre, qui connaissait certaines pratiques de la magie n'ignorait pas que les vieilles sorcières exerçaient souvent leur emprise sur des âmes pures et naïves en recourant à ce genre de stratagème. L'après-midi, il entra dans subrepticement dans l'église et posa les hosties sur l'autel, comme si elles avaient été oubliées. Il se procura un robuste bâton et rentra chez lui. Quand arriva le dixième jour, il dit à sa fille de se pencher à la fenêtre pour inviter la vieille femme à monter.

À peine la femme franchit-elle le seuil de la porte qu'elle fut rouée de coups. Après un moment de surprise, la sorcière se transforma subitement en un chat qui se mit à grimper aux murs à la recherche d'une issue. Quand la bête se rendit compte qu'elle était piégée, elle poussa un cri atroce et, enveloppée dans un nuage de fumée, se jeta contre un mur et le traversa. C'est le trou que le chat laissa dans ce mur que le Tintoret recouvrit avec le relief sculpté d'Hercule à la massue, en guise d'avertissement, pour garder la maison. Quand à la sorcière, on n'entendit plus jamais parler d'elle."

Réf: Venise insolite et secrète, p.221. Cette légende est aussi racontée dans le livre d'Alberto Toso Fei, Leggende veneziane e storie di fantasmi, p.50-51.



6 commentaires:

  1. Le livre d'Alberto Toso Fei est l'un des premiers que j'ai lus sur Venise et là on y est d'emblée transporté dans une atmosphère si particulière qu'on ne sait plus très bien ce qui appartient au réel et ce qui relève de la légende. J'adore m'y replonger de temps en temps.
    Merci AnnaLivia pour en avoir cité un passage et donné le goût de le lire. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime ces histoires...Bonne fin de semaine, baci, a presto !

    RépondreSupprimer
  3. Bonjours, je suis allée a Venise et mes profs m'ont raconté cette légende.. je l'adore ^^ mais je dois la présenter en italien sur un diaporama... est-ce que je peux utiliser ces images et ce texte?
    merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas de problème, je demande seulement qu'on site la source (Mes carnets vénitiens).
      Bon exposé!

      Supprimer
  4. P-S: Pouvez vous me répondre rapidement svp

    RépondreSupprimer