mardi 17 mai 2011

Nouvelle parution



Présentation de l'éditeur:

Comme le jeune Nicolo, joueur de dés du XIIe siècle, ou le reporter photographe d’aujourd’hui, on entre de plain-pied, avec Nouvelles vénitiennes, dans la Sérénissime.
À sept moments différents de son histoire, chaque personnage mis en scène ici a bel et bien existé, sauf le héros contemporain de Mondo novo, ce qui reste encore à prouver. Qu’ils soient artistes (Le Verrocchio, Lorenzo Lotto), libertins (Veronica Franco, poétesse et prostituée) ou philosophes (Elena Cornaro, première femme au monde à avoir obtenu un doctorat), tous entretiennent un rapport particulier, d’amour ou de haine, avec Venise.
Au-delà d’époques et de situations différentes, se noue un lien d’un personnage à l’autre; celui de l’art et de sa douleur, de la solitude dans ce labyrinthe utopique et féroce, image même de la création. Monuments, tableaux, poèmes, souvenirs tissent un subtil fil conducteur à travers ces sept nouvelles, pour ne constituer à la fin qu’une seule histoire, celle de Venise.
Nouvelles vénitiennes est une réussite littéraire incontestable, aussi bien pour ceux qui ont encore à découvrir la Sérénissime que pour tous ceux qui croient la connaître.


« Venise occupe une toute petite surface sur la carte mais elle est en réalité immense, plus méandrique que le plus sophistiqué des logiciels. Ce n’est pas le hasard qui a créé ce labyrinthe inextricable, cet enchevêtrement fou de canaux et de rues qui tournent sur eux-mêmes, se frôlent, s’évitent, s’unissent, se perdent. C’est le pur désir. Chaque courbe et chaque angle, chaque échappée et chaque anfractuosité, le moindre reflet de l’eau sur la pierre, les passages inattendus de l’ombre à la lumière, tout a été longuement médité pour créer cette ville idéale dont le cœur est introuvable et les marges se confondent avec l’infini. »
« Mondo Novo », Dominique Paravel

En librairie le 12 mai 2011
ISBN : 979-10-90175-00-6
Format : 12 x 18 cm
Pagination : 192  pages
Prix : 16 €

Dominique Paravel, née à Lyon en 1955, s’installe à Venise en 1983.
Pendant vingt ans, elle y enseigne et publie poèmes, articles scientifiques et même une grammaire comparée du français et de l’italien, tout en menant une activité de traductrice.
En 1997, elle fait paraître un guide de Venise (Autrement) et crée une association culturelle, Arte e Venezia, qui organise des séjours dans la Sérénissime.
Nouvelles vénitiennes est son premier livre de fiction.

Pour lire un extrait:

Site de l'éditeur:  http://www.sergesafranediteur.fr/

À noter:
Dans la semaine du 23 au 29 mai, Didier Rougeyron recevra Dominique Paravel, pour Nouvelles vénitiennes, dans son émission QUARTIER LIVRES sur LYON 1ère

8 commentaires:

  1. Je suis intriguée ... et je l'achèterai à la première occasion, ce bouquin, qui promet beaucoup de plaisirs ...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article ! J'aime cette idée que Venise occupe une toute petite place sur la carte mais une place immense dans notre imaginaire, notre culture, nos émotions et notre histoire !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette référence que je note. Bonne semaine!
    Anne

    RépondreSupprimer
  4. Gine: C'est ce que je souhaite! J'avais beaucoup aimé son guide dans la collection Autrement.
    Bonne semaine!

    Pétales de fées: Ma curiosité pour elle est sans fin je crois...
    Bonne semaine!

    Anne: Encore un pour la bibliothèque. J'espère qu'il sera à la hauteur de nos attentes...
    Bonne semaine!

    RépondreSupprimer
  5. Si je puis me permettre (je lis ce blog sans oser le commenter depuis de longs mois déjà, pour tromper mon attente jusqu'au Redentore et mes premiers pas dans Venise la belle, espérée depuis si longtemps), ce livre est un petit bijou qui mérite amplement d'être découvert.

    Il faut soutenir cette nouvelle structure éditoriale, qui, dès le premier livre, témoigne d'un choix littéraire (et esthétique) exigent !

    J'en ai rédigé une critique, si cela peut vous achever de vous convaincre : http://www.delitteris.com/index.php/au-fil-des-pages/nouvelles-venitiennes/

    amicalement,

    RépondreSupprimer
  6. Julie: Un grand merci pour votre commentaire qui en plus de confirmer ce que je pressens, je dis cela parce que je n'ai pas encore eu le plaisir de lire ce livre car il n'est pas encore disponible au Québec, votre message m'a également permis de découvrir votre beau blog littéraire. J'irai feuilleter vos pages!
    Amicalement,
    AnnaLivia

    RépondreSupprimer
  7. je l'entame dès demain !! Je ferai probablement un billet aussi... Etrangement, depuis que je l'ai vu, j'ai une folle envie de retourner à Venise... (mais je sais qu'on ne pourra pas y retourner avant quelques petites années maintenant..., les lectures m'aideront sûrement ! ;-))

    RépondreSupprimer
  8. Emeraude: La lecture aide toujours à supporter le manque. Un moyen de voyager à peu de frais ; )
    Bonne lecture, je garderai un oeil sur ton blog pour savoir ce que tu en as pensé.
    Bonne soirée!

    RépondreSupprimer