mercredi 15 septembre 2010

Terrazzo


Terrazzo ou pavement à la vénitienne. "Type de pavement classique employé pour les intérieurs, constitués de fragments de marbres de formes, de couleurs et de granulométries variées, semés sur une couche de chaux ou de mortier et poncés pour obtenir un revêtement parfaitement lisse. Il est bien adapté, grâce à son élasticité et à sa légèreté, à la structure des édifices vénitiens. La technique des terrazzi – c'est ainsi que l'on désignait les artisans qui réalisaient ce type de pavement – était considérée comme un art dont on se transmettait jalousement les secrets de pères en fils; certains de leurs descendants les ont conservés jusqu'à nos jours."


Toutes les photos présentent des fragments du terrazzo de la Scuola San Giovanni Evangelista



" La complexité du travail d'un simple terrazzo de revêtement à la vénitienne nous a été transmise par les indications de l'architecte Giovanni Vettori, en 1754, et l'on peut la résumer ainsi: premièrement, disposer sur le sable les éléments "bien enfoncés"; deuxièmement les recouvrir d'une couche d'un mélange composé de chaux et d'"éclats de cailloux de n'importe quelle montagne" forts et durs, mêlés à des briques ou des tuiles bien pilées, pour une épaisseur et un poids d'environ quatre onces – couche régulièrement étendue, aplanie et battue; troisièmement, une fois cette couche, plus fine consolidée, dite "couche de fond", constituée de chaux à base de cailloux, de petits fragments de marbre fin et tacheté et de poussière de brique, triturés ensemble. Étendue et nivelée sur toute la surface, cette préparation doit être une ou deux fois par jour, pendant un mois, "vigoureusement" battue et rebattue avec des outils adaptés, uniformément dans toutes les directions. Une fois séchée et solidifiée, elle sera aplanie et lissée une fois avec un pâte colorée, puis deux fois de suite avec de l'huile de lin. La qualité des pavements pouvait être de trois catégories: inférieurs ou populaire, moyenne et de qualité "forte et apparente". (p.67-68, L'Art décoratif à Venise)



Texte extrait de Pavements de Venise de Tudy Sammartini, éd. Herscher.


6 commentaires:

  1. Et voilà, j'ai appris bien des choses, et en plus c'est beau.
    J'ai un faible pour cette sorte de soleil aux rayons bleus.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup les couleurs très variées des terrazzi. Elles se mettent en valeur mutuellement. Cela a l'air simple alors qu'il s'agit d'une technique complexe. Merci de vos explications et des photos qui les illustrent. C'est très intéressant.
    Bonne soirée!
    Anne

    RépondreSupprimer
  3. J'aime le "pavimento alla veneziana", avec toutes ces couleurs. Dommage que c'est si lourd et surtout cher....

    RépondreSupprimer
  4. Joli travail!! Merci de nous expliquer la technique!
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  5. Dans sa jeunesse, mon père a recouvert le rez-de-chaussée de la maison familiale d'un pavimento alla veneziana. Après avoir disposé les éclats de pierre colorés, c'est le long travail de ponçage qui commence. A l'époque, ce travail se faisait entièrement à la main... mais le résultat obtenu est la récompense de cet effort.
    Aujourd'hui, bien des années plus tard, le pavimento n'a pas pris une ride.

    RépondreSupprimer