mardi 3 novembre 2009

Compositions abstraites

J’ai capturé ces images lors d’une balade à la Giudecca en septembre dernier en observant la base du mur qui borde le fameux jardin « Eden ». Ces compositions abstraites me plaisent beaucoup. Elles concentrent tout ce que j’aime à Venise : les pierres, l’eau, les reflets, les couleurs, les textures où la vie s’accroche avec ténacité.




Les parties immergées des bricoles et des murs qui bordent les canaux sont « des lieux de vie animale et végétale intense. Nombre d’espèces de mollusques et d’algues y trouvent refuge et pitance. » (p.24, Guide Gallimard, Les encyclopédies du voyage)
L’étagement d’algues et de micro-organismes, visible sur les bords des canaux soumis aux fluctuations de la marée (zone intertidale) témoigne d’une activité biologique parmi le plus riches de Méditerranée. (p.28, ibid.)


Je vous conseille un très beau livre qui propose des photographies originales: Venise, Miroir des signes de Pierre-Jean Buffy et Bernard Neau aux éditions Terre de Brume.

Présentation de l'ouvrage:

Ce livre fut pour Pierre-Jean Buffy “l’aventure d’une vie”, une quête spirituelle comme une expérience poétique, une enquête sur lui-même et l’âme intime de Venise à travers ses signes, ses symboles. Pensant que voir c’est apprendre à entendre, il voulait raconter par l’image “une histoire dont Venise est le miroir” : la sienne, la mienne, celle du lecteur. Il avait pris le parti de ne pas représenter directement les humains et les lieux, mais de recueillir sur les murs, les portes, les bordures des canaux, les statues des quais et des ruelles, les traces d’une mémoire collective et ancienne. Hommage amoureux à une ville qui hanta son imaginaire et dont il traversa le rêve en infatigable piéton. Démarche profondément intuitive visant à rassembler, relier, relire, recommencer… Méditation sur l’instant, l’effacement, le silence, la durée. Hymne aux éléments et aux matières par l’attention portée aux choses et au “geste de la pierre et de l’homme” jusque dans les plus petits détails. Alors, le lecteur comprendra que “chaque photo a une histoire”, et j’espère qu’il partagera notre passion commune pour le déchiffrement de cette énigme vénitienne.

Bernard Neau

5 commentaires:

  1. "Venise, miroir des signes"
    hé bien le voilà mon cadeau de Noël !

    Singulières et plaisantes les photos aux racines de l'énigmatique jardin d'Eden... :)

    RépondreSupprimer
  2. Les compositions abstraites illustrés par les images sont formées par les "Patelle", (Patella coerulea). Ils sont des mollusques qui vivent attachés aux rives de la cité.

    RépondreSupprimer
  3. Stef*: J'espère qu'on le trouve encore facilement car il n'est pas récent...

    Fausto: c'è un sito molto interessante su la fauna et la flora di Venezia: http://www.istitutoveneto.it/venezia/divulgazione/pirelli/pirelli_2005_it/Banca_Dati_Ambientale/192.168.10.66/pirelli_new/divulgazione/valli/amb_urb_venezia.html

    dove parlano delle patelle tra l'altro.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour les références de ce livre et surtout pour vos photos qui me plaisent infiniment.
    Elles renouvellent notre vision de Venise et délivrent une pensée profonde et respectueuse de Venise.
    Anne

    RépondreSupprimer